Forum d'apiculture de loisir


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Un petit coucou du royans
planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° EmptyAujourd'hui à 10:57 par f38ob

» frelons asiatique
planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° EmptyLun 16 Sep - 22:47 par gege 13

» le pseudo scorpion :Prédateur naturel du varroa
planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° EmptySam 14 Sep - 19:09 par tamino

» visite au ruches
planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° EmptySam 14 Sep - 14:20 par nanou

» RUCHE KENYANE
planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° EmptyDim 1 Sep - 21:12 par pascal

» acide oxalique
planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° EmptyJeu 29 Aoû - 16:24 par docbb

» tropical doctor
planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° EmptyLun 26 Aoû - 10:10 par pascal

» Quelle conduites en ruches horizontales /kenyannes etc.
planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° EmptyLun 26 Aoû - 8:06 par docbb

» La ruche de Robin DARTINGTON
planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° EmptyDim 25 Aoû - 21:53 par pascal

Mots-clés les plus tagués

Partagez
 

 planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60°

Aller en bas 
AuteurMessage
docbb



Messages : 15
Date d'inscription : 12/08/2019
Nombre de ruches : 5

planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° Empty
MessageSujet: planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60°   planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° EmptyJeu 15 Aoû - 5:27

les abeilles préfèrent une planche de vol inclinée à 60°


REVELATIONS SUR
LES DERNIERS INSTANTS
DE L’ATTERRISSAGE DES ABEILLES - Journal of Experimental Biology
(American Bee Journal - février 2010)
L’atterrissage est délicat : heurter le sol trop vite et vous vous écrasez, c’est l’accident et l’incendie ; trop lente- ment et c’est le décrochage et la chute. Les abeilles réussis- sent leur approche en contrôlant la vitesse des images qui leur traversent les yeux. En ralentissant de manière à ce que la vitesse de l’image de leurs pattes qui va atterrir reste constante sur la rétine, les abeilles réussissent à contrôler leur approche. Mais que se passe-t-il dans les tout derniers moments avant de toucher le sol ? Et comment les abeilles s’adaptent-elles pour atterrir sur des surfaces exposées de l’horizontale à la surface renversée d’un plafond ? Les mou- ches pour s’accrocher au plafond prennent simplement prise avec leurs pattes-avant puis elles font la culbute et se stabilisent, mais pour une abeille, l’approche est plus calme. Mand. Srinivasan, ingénieur au Centre de Recherche de la Vision (Université du Queensland, Australie) et son équipe savaient que les abeilles doivent faire quelque chose qui dif- fère de ces casse-cou de mouches. Ils étaient curieux d’en apprendre davantage sur la stratégie d’atterrissage des abeilles. Ils ont utilisé une caméra très rapide pour filmer l’instant du contact sur des surfaces pouvant prendre des inclinaisons différentes et ils ont publié leurs découvertes sur le journal de Biologie Expérimentale du 28 décembre 2009. Les chercheurs ont commencé par construire une plate- forme d’atterrissage qui puisse s’incliner dans tous les angles à partir de l’horizontale et jusqu’à l’opposé comme le plafond, ensuite ils ont entraîné les abeilles à se poser tout en les filmant. Lorsqu’ils eurent en mains toutes les photos qui s’étalaient depuis 0° (l’horizontale) jusqu’à 180° (avec une photo tous les 10° d’inclinaison), ils ont entrepris un minutieux travail d’analyse manuelle des stratégies d’atterris- sage et ils se sont rendus compte que l’approche des abeil- les se décompose en trois phases. D’abord, les abeilles arrivent de presque toutes les direc- tions et à n’importe quelle vitesse, mais lorsqu’elles se rap- prochent de la plate-forme, elles ralentissent de façon spec- taculaire, faisant presque du surplace jusqu’à se trouver à 16 mm de la plate-forme et là elles se posent. Lorsque la surface est horizontale ou légèrement inclinée, les pattes arrières sont presque en contact avec la surface ; alors il suffit de ralentir doucement et de prendre contact avec les pattes arrières, avant d’abaisser le reste du corps. Pourtant, lorsqu’elles se posent sur des surfaces allant de la verticale à la position renversée (plafond), leurs antennes sont au plus près de la surface pendant la phase de sur- place. L’équipe a constaté que les antennes effleurent la sur- face et ce contact déclenche chez les abeilles le réflexe de poser les pattes avant en hauteur, s’agripper à la surface et ensuite soulever lentement les pattes du milieu et arrière. « Nous ne nous attendions pas à ce que les antennes puis- sent jouer un rôle et le fait qu’il y ait un aspect mécanique nous n’y avions pas pensé » admet M. Srinivasan. Pour ce qui est de la position des antennes, l’équipe a réa- lisé que lors des étapes finales, lorsque les abeilles appro- chent des surfaces inversées, elles placent leurs antennes à peu près perpendiculaires à la surface. L’abeille est capable d’estimer la pente de la surface pour orienter correctement ses antennes, donc à ce moment, elle se sert de son sys- tème visuel. Ceci paraît surprenant car elles sont presque complètement stationnaires lorsqu’elles font du surplace et alors elles ne peuvent se servir du mouvement de l’image pour estimer les distances dans leurs yeux. M. Srinivasan a le sentiment que les abeilles se servent de leur vision stéréo pour apprécier une si courte distance et il a hâte de tester cette idée. Finalement, l’équipe a compris que les abeilles sont presque spécialement conçues pour se poser sur des surfaces
allant de 60° jusqu’à l’horizontale. Lorsqu’elles volent vite, leur corps est à l’horizontale mais lorsqu’elles ralentissent ou font du surplace, leur abdomen s’incline de sorte que l’extrémité des pattes et des antennes se trouve dans un plan qui fait un angle de 60° ; ainsi les pattes et les antennes touchent simultanément la surface inclinée à 60°. Il semble qu’elles sont adaptées à se poser sur des surfaces inclinées à 60° et il nous tarde de découvrir s’il y a beaucoup de fleurs qui se présentent sous un tel angle.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



les références

Evangelista, C., Kraft, P., Dacke, M., Reinhard, J. and Srinivasan, M. V. (2010). The moment before touchdown: landing manoeuvres of the honeybee Apis mellifera. J. Exp. Biol. 213, 262-270.

Faut savoir que ceci fait partie de recherches dans le cadre de stratégies d'atterrissages d'avions et d'approches de (N)avettes spatiales
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouna

Nouna

Messages : 551
Date d'inscription : 09/12/2015
Age : 54
Localisation : Isère rhodanienne
Nombre de ruches : 4

planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° Empty
MessageSujet: Re: planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60°   planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60° EmptySam 24 Aoû - 9:38

Merci Docbb. Aurais-tu une photo ou une illustration d'une ruche équipée d'une planche de vol à 60° ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
planche de vol : de 0° à 60° c'est le mieux, surtout 60°
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» macérations, infusions et décoctions pour nos amies les plantes!
» Livres sur la vie rurale des montagnes auvergnates
» Ne ouian ket ar pezh eh rey hedoc'h!!!
» Chaussures pour les footing
» Bien mieux que le parfum des fougères dans les bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum d'apiculture de loisir :: Les discussions :: Atelier - Bricolage de ruches-
Sauter vers: